shutterstock_742462333.jpg

Aide à la conduite : demain, tous équipés !

Revenir aux catégories

En mars 2019, les institutions européennes ont trouvé un accord relatif à la réforme du règlement sur la sécurité générale des véhicules à moteur.

En jeu, notamment : la généralisation d’équipements de sécurité et d’aide à la conduite dès 2022.

Voici ce qu’il vous faut retenir sur le sujet.

L’aide à la conduite, un ange gardien bienvenu

C’est le paradoxe majeur des aides à la conduite : elles se multiplient, et pourtant, nous les connaissons peu. Seuls 3 automobilistes sur 10 savent ce qu’est un système d’aide à la conduite alors qu’elles occupent aujourd’hui plus d’un véhicule sur quatre du parc automobile .

Les aides à la conduite (acronyme ADAS en anglais, advanced driver-assistance system) recouvrent tous les systèmes de sécurité active d’information ou d’assistance du conducteur pour éviter les situations dangereuses, mieux percevoir le risque et se libérer des tâches atténuant la vigilance.

On distingue ainsi :

- les aides directes à la sécurité, telles l’assistance au freinage d’urgence, le détecteur de fatigue et le détecteur de pression des pneus,

- les aides pour le confort, telles les radars et caméras de recul, la vision 360°, la détection de places, l’aide au stationnement ou les capteurs de pluie et de luminosité,

- les aides pour l’agrément telles celle pour le démarrage en côte, le contrôle du freinage, de la trajectoire, l’aide au maintien dans la voie, ou encore la lecture des panneaux de signalisation.

Initialement installées sur des véhicules haut de gammes, les ADAS se généralisent. Renault les développe par exemple sur tous ces modèles, de même que les autres constructeurs qui équipent les véhicules d’entrée de gamme. Dacia a aussi adopté les ADAS.

Une législation en pleine évolution

Au-delà du mouvement volontariste des constructeurs, les ADAS risquent de se retrouver dans tous les véhicules sous l’impulsion de la loi. C’est en effet l’impulsion que souhaite donner l’Union Européenne partant du constat que chaque année, 25000 personnes perdent la vie, en majorité à cause d’erreurs humaines. « Grâce aux nouveaux dispositifs de sécurité avancés, nous pouvons obtenir le même type de résultat qu’avec l’introduction initiale des ceintures de sécurité ».

Concrètement, à horizon 2022, l’Union européenne souhaite imposer les systèmes d’adaption intelligente de la vitesse, d’avertissement en cas de somnolence ou de distraction du conducteur, ainsi que les radars ou caméras de recul. Il est également question d’intégrer de série les systèmes de maintien de trajectoire, les systèmes avancés de freinage, et le déploiement de ceintures de sécurité améliorées.

Affaire à suivre.

Restez vigilants, avec ou sans ADAS, et bonne route à toutes et à tous !

Consultez nos autres conseils d’experts

Capture d’écran 2019-04-12 à 16.10.07.png

Trouvez votre revendeur grâce à notre carte interactive

Cliquez ici