shutterstock_452830006.jpg

Contrôle technique : ce qui change au 1er juillet 2019

Revenir aux catégories

Contrôle technique : ce qui change au 1er juillet 2019

En 2019, le fringant contrôle technique, qui porte beau ses 27 printemps, se refait une beauté avant l’été.

Après les modifications majeures de mai 2018, nous faisons le bilan de ce qu’il vous faut retenir pour bien débuter l’été au volant de votre automobile.

Depuis mai 2018, un renforcement des points de contrôle

L’année 2018 avait marqué un virage important avec l’adoption par la Commission européenne d’une nouvelle réglementation applicable à tous et notamment en France, en deux phases. La première d’entre elles voyait l’apparition d’une nouvelle catégorie de défaillances, dites critiques (par exemple des feux stop défectueux), obligeant à une réparation dès le lendemain du contrôle technique.

Parallèlement, le nombre de points de contrôle se trouvait augmenté. (133 vs 124).

A compter du 1er juillet 2019, un contrôle accru des émissions polluantes

La phase 2 du nouveau contrôle technique avait quant à elle été annoncée dès le premier semestre 2018 pour une application au 1er janvier 2019 … Le contexte social difficile auquel a fait face le Gouvernement français l’a finalement contraint à repousser sa mise en application au 1er juillet 2019.
Désormais, nous y sommes. Que nous réserve cette nouvelle réglementation ?

Résumons les choses simplement : le taux d’émission des gaz polluants et l’opacité des fumées pour les véhicules diesel vont être regardés de plus près pour ce contrôle à effectuer dans un centre agréé dans les six mois précédents les 4 ans de votre véhicule neuf, puis tous les deux ans ensuite. Concrètement, lors du contrôle de votre automobile, l’opacité des fumées devra être similaire à celle constatée au moment de l’homologation du véhicule.

Les véhicules les plus anciens épargnés

Rassurons les plus inquiets d’entre vous : la nouvelle formule du contrôle technique ne sera applicable qu’aux véhicules répondant aux normes Euro 4 et suivantes, soit tous les diesels homologués à compter du 1er janvier 2005. Les véhicules plus anciens devront simplement se conformer au contrôle technique « ancienne formule », et ne pas dégager de fumée excessive.

Pour les autres, et en cas de manquement, pas de crainte de défaillance critique avec immobilisation s’agissant de l’opacité des fumées.
Une contre-visite devra en revanche être effectuée dans les deux mois.

Les réfractaires s’exposeront à une amende conventionnelle de quatrième classe (90 euros).

Pour garder un porte-monnaie intact, votre meilleur allié reste votre professionnel de confiance qui vous accompagnera dans l’entretien quotidien de votre véhicule.
Le pré-contrôle technique réalisée au moyen du matériel Bosch recommandé pour cela limitera les risques de contre-visite ou l’immobilisation lors du contrôle technique.
Bonne route !

Consultez nos autres conseils d’experts

Capture d’écran 2019-04-12 à 16.10.07.png

Trouvez votre revendeur grâce à notre carte interactive

Cliquez ici